Sur le blog Grèves-SNCF, nous avons l’habitude de parler des perturbations qui surviennent à la SNCF, mais également des actualités et des nouveautés qui pourraient impacter votre voyage avec la SNCF dans le futur. Aujourd’hui, intéressons nous à un projet plus très loin d’être une réalité qui devrait changer la vie de nombreux franciliens mais également de nombreux touristes au quotidien : le CDG Express !

Pour faire simple, le CDG Express (appelé également Charles de Gaulle Express), késako ? Il s’agit tout simplement d’un projet de ligne ferroviaire, intégralement située en Île de France. Son but ? Relier l’aéroport Paris-Charles de Gaulle en un rien de temps (d’où le nom express). Pour l’instant, il ne s’agit que d’un projet, mais vous verrez que ce dernier ne devrait pas tarder à sortir de terre dans les prochaines années !

L’histoire du projet CDG Express

Le CDG Express, un projet qui ne date pas d’hier…

Depuis la création de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, de nombreux projets permettant de relier Paris à Roissy ont été évoqués. Pour tout vous dire, on commençait même à en parler dès l’ouverture de l’aéroport en 1974 ! Cependant, avec la stratégie du tout TGV menée par l’État de l’époque et les nombreuses oppositions à ce tracé, il a fallu attendre les années 2000 pour qu’un projet sérieux voie le jour.

En effet, le premier appel d’offre concret fut lancé en 2007 par l’État. Étant donné la complexité du projet, seul une entreprise a répondu favorablement : Vinci. Au départ, le CDG Express devait voir le jour entre 2012 et 2015, et partir de la Gare de l’Est mais il prit rapidement du plomb dans l’aile. Crise économique, menaces de grèves à la SNCF et risque de concurrence avec le futur projet Grand Paris, il fut très rapidement abandonné en 2011.

Pour pallier à ce désistement, de nombreux tracés et solutions furent proposés par la RATP. On a même évoqué de faire passer le futur CDG Express sur les voies du RER E pour qu’il puisse rejoindre le quartier d’affaires de La Défense, avant même que le prolongement d’EOLE ne soit construit ! La Gare du Nord fut évoquée pendant un temps, avant de faire machine arrière à cause d’une fréquentation trop élevée en gare.

…mais qui ne fut pas abandonné pour autant !

Malgré le désistement de Vinci, un homme va continuer de croire au projet de CDG Express : Jean-Paul Huchon, alors président de la région Île de France. La RATP partage son avis, et n’a jamais lâché ce projet jugé important pour les franciliens. Cependant, il a fallu attendre 2014 pour voir le CDG Express de retour sur les rails, avec l’appui du premier Ministre Manuel Valls, qui va effectuer une demande de financement européen.

2014 est l’année du renouveau du projet CDG Express. En effet, cette année là, une société d’étude composée de Réseaux Ferrés de France et Aéroports de Paris fut créée pour étudier la faisabilité du projet. Ce dernier passe à la vitesse supérieure lorsque l’Autorité de Régulation des Activités Ferroviaires et Routières rend un verdict favorable. D’ailleurs, cette année là, un texte de loi fut voté à l’assemblée pour appuyer le CDG Express.

En 2017, l’arrivée du financement européen et la nomination de Paris pour les Jeux Olympiques de 2024 accélère le projet de façon considérable. Il prend une autre dimension quand le groupement Keolis-RATP fut choisi par l’État en 2018 pour exploiter la ligne pendant 21 ans (15 ans + les travaux). Le projet devrait donc démarrer cet année, pour une livraison prévue en 2025, soit près de 15 ans après la date initiale du premier projet.

rer b station saint michel

Le tracé du CDG Express en détail

Pendant près de 10 ans, le tracé du CDG Express a posé problème pour des questions de coût mais également pour des raisons pratiques. Le débat entre la Gare de l’Est et la Gare du Nord a fait rage, avant que l’on tranche finalement pour la première gare parisienne. Après le passage de la crise, vous allez voir que le tracé retenu essaye de minimiser les dépenses liées à la création de cette ligne, mais également les nuisances pour les franciliens.

Le CDG Express ira de la Gare de l’Est à l’aéroport

Première information à retenir par rapport au tracé du CDG Express : la ligne nouvelle partira de la Gare de l’Est ! En effet, la Gare du Nord étant très fréquentée, et pour ne pas alourdir l’afflux de voyageurs dans cette gare, il a été décidé de faire commencer le CDG Express depuis sa voisine. Autre information à retenir, aucun tunnel ne sera creusé dans Paris afin de minimiser le coût du projet (que nous verrons dans une autre partie).

Ainsi, les trains du futur CDG Express quitteront la Gare de l’Est sur des voies entièrement dédiées (c’est à dire qu’aucun autre train ne circulera sur ces voies) pour ensuite rejoindre la ligne existante du RER B à hauteur de La Plaine (Saint Denis). Pour ce faire, les trains emprunteront une tranchée couverte longue de 330 mètres et qui passera sous l’ancienne zone industrielle située à proximité de la Gare de l’Est.

Une fois que les trains auront rejoint la ligne existante, ils l’emprunteront jusqu’à Villeparisis, puis bifurqueront sur une voie nouvelle qui va longer l’actuelle Ligne à Grande Vitesse Interconnexion. Cette ligne TGV permet aux trains venant de Lille, Nantes ou Lyon de contourner Paris sans rupture de charge. Pour finir, les rames du CDG Express arriveront à la gare d’Aéroport Charles de Gaulle 2 TGV, sur des voies qui leur seront réservées.

Des lignes existantes seront réutilisées

Autre information et pas des moindres : la ligne va réutiliser majoritairement le réseau francilien existant. Hormis la section permettant de rejoindre les voies du RER B depuis la Gare de l’Est, et la nouvelle ligne créée de Villeparisis à Roissy, le CDG Express utilisera une ligne existante (le tronc commun du RER B puis la branche allant jusqu’à Mitry-Claye), afin de minimiser les coûts mais également le temps de trajet.

Au total, le CDG Express utilisera 24 kilomètres de voies existantes, qui seront rénovées pour l’occasion et de facto retirées du service RER B. Cela laisse donc 7 kilomètres de voies à construire entre Villeparisis et Roissy, et 1 kilomètre supplémentaire de la Gare de l’Est à La Plaine (Saint Denis). Il sera également nécessaire de construire les quais à l’arrivée à CDG, ainsi qu’un tunnel piéton de la Gare du Nord à la Gare de l’Est.

Afin de parcourir cette ligne à deux voies, Hello Paris (nom du groupe RATP-Keolis) a choisi les rames Alstom Coradia, des trains similaires au train Régiolis, mais adaptées pour la desserte aéroportuaire. Les rames se succéderont ainsi tous les jours de 5h à minuit, avec une fréquence de 15 minutes entre chaque train. Comptez environ 20 minutes pour parcourir les 32 kilomètres du futur réseau du CDG Express.

découvrez le tracé du CDG Express !

Le CDG Express, un projet controversé

Depuis son évocation dans les années 1970, le projet du CDG Express ne fait pas l’unanimité. En effet, de nombreux élus sont farouchement opposés à ce nouveau mode de transport francilien tandis que d’autres font tout pour accélérer ce projet. Avant de passer à la partie travaux, qui va sûrement impacter votre quotidien, petite revue des différents arguments avancés par l’opposition et les défenseurs du projet.

Pour les opposants, il faut rénover l’existant

L’argument principal avancé par l’opposition est le manque de considération pour le réseau francilien existant. En effet, il est plus que nécessaire d’investir les 2,1 millards d’euros dédiés au CDG Express dans une rénovation du réseau existant plutôt que de créer une ligne nouvelle. Le RER B étant régulièrement saturé, il paraît inconcevable d’utiliser des voies réservées habituellement en cas de situation perturbée (ce qui arrive souvent).

Autre argument de taille, le prix du futur billet du CDG Express : 24 euros, soit un tarif bien plus élevé que la plupart des transports franciliens. Les opposants dénoncent ainsi un service qui bénéficiera aux personnes aisées et non aux habitants de l’Île de France. Pour seulement 10 minutes de gagnées par rapport au RER B et 6% de passagers en moins dans le RER, l’investissement n’en vaudrait pas la chandelle.

Enfin, selon l’opposition, le futur CDG Express sera direct de la Gare de l’Est jusqu’à l’aéroport. Une perte considérable pour les territoires traversés, dont les habitants verront passer un train sans pouvoir l’emprunter. Cela entraînera également des nuisances sonores supplémentaires pour les riverains et des expropriations. Enfin, pour les opposants, le CDG Express fera doublon avec la future ligne de métro du Grand Paris Express (la ligne 17).

Pour les défenseurs, un projet plus que nécessaire

Passons maintenant aux arguments des défenseurs du CDG Express. Contrairement aux détracteurs, ils jugent le projet plus que nécessaire, que cela soit pour l’attractivité de l’aéroport CDG mais également pour Paris. En effet, selon eux, aujourd’hui, les 200 000 usagers quotidiens perdent un temps considérable à rejoindre l’aéroport (surtout par la route, où l’A1 et A3 sont régulièrement saturées). Le CDG Express va donc dans leur sens.

De plus, pour les défenseurs du projet, il n’est pas possible d’ajouter des liaisons directes en RER depuis la gare du Nord, en raison de nombreux trains omnibus circulant sur le réseau. Grâce au CDG Express, les voyageurs n’auront pas à subir les nombreux arrêts effectués par le RER B et auront la possibilité de rejoindre l’aéroport en un temps record. D’ailleurs, 500 millions d’euros seront réinjectés dans la modernisation du RER B !

Enfin, la région a annoncé que le projet de CDG Express ne coûterait aucun euro au contribuable ! En effet, la somme engagée pour les travaux provient de fonds européens alloués en 2017. D’ailleurs, l’utilisateur de ce réseau payera indirectement l’entretien de la ligne (inclus dans le prix du ticket). On peut également noter que selon les défenseurs du projet, le Grand Paris Express ne concurrencera pas le CDG Express.

gain de temps du CDG Express

Travaux du CDG Express : à quoi s’attendre ?

Prévu pour les Jeux Olympiques d’Été 2024, le CDG Express voit son ouverture repoussée à 2025 (si ce n’est plus tard). La raison est simple : ne pas trop impacter le quotidien des voyageurs du RER B, qui subissent déjà les déboires de la ligne empruntée par 900 000 usagers quotidiens. En attendant, les utilisateurs du réseau francilien devront composer avec des travaux qui vont s’articuler de 2019 à 2025.

Pour tenir la promesse de réduire les nuisances liées aux travaux, il a été décidé de concentrer le gros du chantier de nuit et les week-ends, soit des périodes où la fréquentation du RER B est la plus faible. Rassurez-vous, même si les temps de parcours seront allongés pour de nombreux usagers, des moyens de substitution et un comité de suivi du chantier seront mis en place pour limiter la casse et vérifier l’impact du chantier au quotidien.

Autre point important : les riverains et passagers du RER B ne seront pas exclus des travaux, bien au contraire ! En effet, ils seront associés au calendrier des travaux et seront tenus informés des éventuels aléas du chantier. Étant donné que les délais seront difficilement respectables compte tenu de la complexité du projet, il est fortement recommandé d’être transparent vis à vis des principaux concernés.

découvrez la carte des travaux du CDG Express

C’est ainsi que se termine notre article sur le projet du CDG Express. Si vous avez encore des questions concernant le chantier à venir, ou des remarques sur l’article n’hésitez pas à vous exprimer dans l’espace commentaires. On espère que cet article vous sera utile et qu’il permettra d’y voir plus clair sur la suite de ce projet. Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter un bon voyage, et pour les usagers du RER B, un bon courage… 🙂

Catégories : Actualités

Constantrain

Ferrovipathe depuis ma tendre enfance, je partage avec vous ma passion pour les trains et mes connaissances sur le ferroviaire. A une petite préférence pour les TGV et les Eurostar, même si tous les trains sont les bienvenus dans mon coeur ;)

2 commentaires

L'ouverture à la concurrence ferroviaire en France en détail - Grèves SNCF · 21 août 2019 à 14 h 30 min

[…] pour déterminer l’entreprise qui pourra exploiter la ligne. C’est le cas par exemple du projet CDG Express, qui fut remporté par le groupement Keolis-RATP. Pour autant, la mise en concurrence, même si […]

Reseau ferroviaire, pourquoi tant de fermetures de lignes ? - Grèves SNCF · 18 septembre 2019 à 9 h 30 min

[…] que de nombreux projets sortent de terre, comme le CDG Express, l’avenir de certains lignes du reseau ferroviaire français reste en suspens. En effet, même si […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annuaire internet