Alors que le mois d’août est terminé et qu’il a fait place à la rentrée, voici une nouvelle qui risque de faire grincer des dents les utilisateurs du rail. En effet, la CGT et SUD-Rail ont appelé à la mobilisation le 24 septembre. Elle pourrait causer une perturbation du réseau SNCF à l’échelle nationale. Pourquoi cet appel à la grève ? Quelles seront les conséquences sur le trafic ? Comment composer avec cette grève SNCF ? Éléments de réponse ici…

Pourquoi va-t-il y avoir grève à la SNCF ?

Dans la croyance populaire, il est souvent coutume de dire que les cheminots font grève toute l’année pour des raisons saugrenues. Nous ne connaissons pas tous les grévistes de la compagnie, en revanche, pour cette grève SNCF, les raisons de la colère sont fondées. De plus, en plus des revendications précédentes (qui ont entraîné un mouvement social de 3 mois), d’autres éléments ne peuvent pas être acceptés par les cheminots. Décryptage.

La réforme du ferroviaire ne passe toujours pas

Premier élément de discorde : la réforme du système ferroviaire français, avec l’ouverture à la concurrence de nombreuses lignes (dont les lignes à grande vitesse). Même si cette directive européenne a été votée et va voir le jour en 2020 en France, elle continue d’irriter les cheminots. Pour faire simple, la nouvelle réforme prévoit de soumettre les lignes en région à un appel d’offre et de donner carte blanche aux entreprises européennes sur les LGV.

Même si certains défenseurs de la réforme démontrent que la concurrence sera bénéfique pour les usagers, et qu’elle fera baisser le prix du billet, les cheminots n’y croient pas. Effectivement, il est possible que ce scénario se produise, mais il est aussi probable que les compagnies privées délaissent les lignes de train les moins rentables. De plus, les usagers pourraient subir une baisse des dessertes et de la qualité de service, et une hausse des prix.

La fin du statut de cheminot, une hérésie

Autre élément qui ne plait pas aux cheminots et qui découle directement de la réforme du ferroviaire : la fin du statut de cheminot. Ce statut garantit un emploi à vie au sein de la compagnie, un salaire décent, une retraite anticipée et des congés payés plus importants. Avec la réforme, ces acquis seront supprimés pour les nouveaux arrivants à la SNCF, mais conservé pour les anciens. Malgré cette précision, les grévistes n’en veulent pas.

Pourtant, selon la SNCF, cette réforme est nécessaire, notamment pour s’aligner sur les salaires pratiqués par la concurrence, ou encore pour fidéliser les cheminots de demain après leur formation. Cependant, ces nouvelles dispositions prises par la compagnie inquiètent les salariés, qui évoquent un « dumping social« . Pour en savoir plus sur le sujet, nous vous conseillons la lecture de cet article, qui est toujours d’actualité !

La réforme des retraites, autre point de discorde

Dernier élément qui provoque la colère des cheminots, et qui pourrait déboucher sur une grève à la SNCF, la réforme des retraites. Le texte de loi, dont le débat à l’Assemblée est prévu pour 2020, devrait entrer en vigueur pour l’année 2025, et a pour but de remplacer les 42 régimes de retraite en place actuellement (dont le régime social pour les cheminots). Cependant, pour la CGT et SUD-Rail, cette réforme n’est pas acceptable en l’état.

En effet, selon les syndicats, la réforme des retraites, qui devrait également s’appliquer aux cheminots, devrait entraîner une hausse des cotisations et une baisse des pensions (de l’ordre de 20% selon SUD-Rail). Par conséquent, les travailleurs de la SNCF, pour obtenir le nombre de trimestres requis, travailler plus longtemps. Étant donné que les cheminots cotisent déjà plus que prévu, la réforme passe mal auprès des syndicats.

Si vous souhaitez davantage d’informations concernant la réforme des retraites, c’est par ici.

perturbation sncf : les raisons de la colère

Les conséquences de cette grogne

Ces points de discorde des cheminots et de leurs syndicats vont forcément avoir des conséquences sur le trafic SNCF ces prochains jours. Nous allons vous détailler dans cette partie les dates clés qu’il faudra retenir pour éviter de subir la grève à la SNCF. Notez que les informations ci-dessous sont susceptibles de changer, auquel cas, nous vous conseillons de revenir fréquemment sur l’article pour ne rien manquer des perturbations SNCF ! … 🙂

La grève à la SNCF, cela sera pour le 24 septembre !

Vous attendiez cette date avec impatience, elle est enfin connue : la grève des cheminots de la SNCF devrait avoir lieu le mardi 24 septembre ! Autrement dit, les premières perturbations devraient se faire sentir le lundi 23 septembre au soir pour se terminer le mercredi 25 septembre au matin. Ce jour n’a pas été choisi par hasard, en effet, il correspond à la journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites !

Cette journée de mobilisation, dont l’appel a été relayé par les syndicats CGT et SUD-Rail, devrait être suivie majoritairement par les cheminots. Elle s’accompagnera également de manifestations dans les grandes métropoles françaises. Il est fort probable que cette grève à la SNCF ait un impact non seulement régional mais également national ! À noter que des RER comme le RER D et RER E sont gérés par la SNCF, ce qui laisse présager le pire…

Et en effet, cette journée de mobilisation sera difficile, surtout pour les usagers du Transilien. Ainsi, comptez 2 Intercités sur 5 (et des liaisons supprimées), 1 Transilien sur 2 (dont 1 RER C sur 2, 2 RER D sur 5 et 1 RER E sur 3) et 3 TER sur 5 en moyenne. En revanche, pour les TGV, le trafic sera « quasi normal » sur le réseau. À noter que même si le RER B est en majorité exploité par la RATP, il sera également impacté par la grève (2 trains sur 5 au nord).

La RATP sera aussi de la partie le 13 septembre…

Si vous êtes utilisateur du réseau de transport parisien, prenez garde : la RATP a dores et déjà annoncé qu’elle ferait grève pour protester contre la réforme des retraites ! Pour rappel, la RATP gère l’ensemble du métro parisien, mais également les bus circulant dans Paris (et ceux numérotés jusqu’à 599 pour l’Île de France), les lignes de tramway T1, T2, T3a, T3b, T5, T6, T7 et T8, ou encore les RER A (76 km) et RER B (40 km).

Ainsi, le vendredi 13 septembre ne sera pas un jour de chance pour les usagers franciliens. Contrairement aux autres mouvements sociaux précédents, la RATP a fait fort :

  • Les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13 seront tout simplement interrompues toute la journée (jusqu’à 7h le samedi)
  • Les lignes 4, 7, 8 et 9 ne seront ouvertes que pendant les heures de pointe (6h30/9h30 et 17h/20h) avec un train sur trois pour les lignes 4, 7 et 8 (la 8 ne sera ouverte qu’entre Créteil Pointe du Lac et Reuilly-Diderot) et un train sur quatre sur la ligne 9 (ouverte qu’entre Pont de Sèvres et Franklin Roosevelt et entre Nation et Mairie de Montreuil)
  • Le RER A et RER B ne rouleront qu’en heure de pointe également, avec un train sur trois pour le RER A et un train sur 5 pour le RER B (interrompu entre Châtelet et Gare du Nord)
  • Les lignes 1 et 14 fonctionneront normalement car elles sont automatiques. Cependant, il faudra s’attendre à une surfréquentation de la ligne due à la fermeture des autres tronçons (dont le RER A)
  • Les lignes de tramway T1, T2, T3a, T6, T7 et T8 ne seront actives qu’en heure de pointe, avec un tramway sur trois de prévu. Pour les lignes T3b et T5, un tramway sur deux devrait rouler toute la journée
  • Un bus sur 3 devrait rouler sur tout le réseau bus RATP en Île de France

Pour éviter d’être piégé dans les transports, la RATP recommande aux usagers de reporter leur trajet. À noter que le 13 septembre, les lignes gérées par la SNCF (RER C, D, E et Tramway T11) fonctionneront normalement (le tramway T4 étant à l’arrêt pour travaux jusqu’au 15 septembre). Cependant, il n’est pas exclu que certains tronçons soient saturés du fait du report des usagers sur ces lignes.

perturbation SNCF : certains trains seront impactés

Comment anticiper la grève à la SNCF ?

Avec un mouvement social aussi important qui implique deux syndicats au minimum, le trafic à la SNCF va forcément être impacté par les grèves. Cependant, sur le blog Grèves-SNCF, nous allons vous aider à limiter au minimum vos déplacements et ainsi éviter les perturbations liées à ce mouvement social. Comme dit le proverbe de la maison, « un ferrovipathe averti en vaut deux« , alors n’hésitez pas à prendre des notes… 😉

Le site et l’application SNCF, les indispensables

En cas de grève, la SNCF a pour habitude de communiquer en avance les trains qui vont circuler pendant cette période perturbée. Vous saurez donc si votre TGV, Intercités ou TER circule au plus tard la veille du jour de grève à 18h grâce à un SMS que l’on vous aura envoyé ou via l’application officielle de la SNCF, disponible gratuitement sur iOS et Android. Elle est d’ailleurs très complète, ce qui en fait un outil indispensable.

Si vous êtes friand des nouvelles technologies, sachez que vous pouvez également connaître les trains en circulation en demandant directement cette information aux Community Managers de la SNCF via Twitter et Facebook ! Ils sont réactifs, alors n’hésitez pas à les interpeller (en même temps, c’est leur métier). Vous pouvez également consulter le site internet de la SNCF, qui vous renseignera aussi bien sur le plan local que national

Pour les moins « digitaux » d’entre nous, vous pouvez également appeler le 0 805 90 36 35 (numéro gratuit pour tout le monde, surtout les plus bavards), qui vous renseignera comme il se doit. Tous les agents SNCF seront disponibles 7j/7j de 7h à 22h pour vous aider. Sinon, vous pouvez toujours vous rendre en gare pour demander conseil aux « gilets rouges« , mais attention, le temps d’attente peut être parfois très long (bon courage). 🙂

Utilisez les solutions alternatives à la grève SNCF

Si, malgré vos recherches intensives, vous vous apercevez que votre train ne circulera pas en ce jour de grève, sachez qu’il existe des solutions alternatives pour continuer à voyager malgré la grève ! Eh oui, finie l’excuse du « je n’ai pas eu de train pour me rendre au travail« , vous pouvez également emprunter d’autres moyens de transport pour voyager. En plus, ces solutions sont moins chères que le train, alors n’hésitez pas à les emprunter

Dans ces solutions alternatives, pour les longues distances, on peut citer le bus, le parfait plan B pour éviter toute grève à la SNCF ! Le covoiturage est également parfait car il vous permettra d’arriver plus rapidement à bon port (le bus devant faire une pause toutes les deux heures). Pour les trajets courts ? Le covoiturage est également votre ami ! Des compagnies comme iDVROOM proposent régulièrement des trajets domicile-travail pour pas cher ! Foncez.. 🙂

grève sncf panneau indicateur

C’est sur ces belles paroles que se termine cet article sur les futures grèves à venir à la SNCF. Si vous souhaitez apporter plus de précisions à ce sujet ou si vous souhaitez réagir à cette actualité, n’hésitez pas à vous exprimer dans l’espace commentaires ou sur notre compte Twitter. Bon voyage avec la SNCF… 😉

Catégories : Actualités

Constantrain

Ferrovipathe depuis ma tendre enfance, je partage avec vous ma passion pour les trains et mes connaissances sur le ferroviaire. A une petite préférence pour les TGV et les Eurostar, même si tous les trains sont les bienvenus dans mon coeur ;)

2 commentaires

Reseau ferroviaire, pourquoi tant de fermetures de lignes ? - Grèves SNCF · 18 septembre 2019 à 9 h 48 min

[…] frémir les voyageurs du rail et les cheminots : le rapport Spinetta. À l’origine de nombreuses perturbations à la SNCF depuis avril 2018, il fait état du réseau ferroviaire français actuel, et préconise plusieurs […]

Retour sur les actualités SNCF du mois de septembre ! - Grèves SNCF · 26 septembre 2019 à 9 h 30 min

[…] l’actualité la plus marquante de ce mois de septembre : la grève à la SNCF du 24 septembre 2019 ! Et pour cause, cette grève a été majoritairement relayée par […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Annuaire internet