Même en comprenant les raisons qui causent les perturbations SNCF, il est vrai que le rythme de 2 jours de grèves tous les 5 jours commence à nous peser. Nous continuons d’avoir besoin de nous déplacer et devons donc nous tourner vers des solutions de substitution aux trains SNCF.
Comme ont dit, le malheur des uns fait le bonheur des autres et en l’occurence les grèves boostent les ventes des autres transporteurs qui se plient en 4 pour nous satisfaire. Focus sur la collaboration entre Ouibus et BlaBlaCar qui s’associent pour proposer une offre plus complète.

Une offre mutualisée entre deux géants du transport français

Selon les estimations du PDG de la SNCF Guillaume Pepychaque jour de grève coûterait 20 millions d’euros à l’entreprise. Cependant, les ventes de billets sont loin d’être au point mort, notamment ceux des Ouibus, la filiale d’autocar de … la SNCF ! Faute de trains, les usagers prennent la route d’assaut !

C’est également ce qu’a constaté BlaBlaCar, le leader du co-voiturage en France et comme l’union fait la force, les deux compagnies de transport ont décidé de s’associer afin de compléter mutuellement leur offre. Un initiative qui va simplifier les déplacements des voyageurs dans les mois de grèves à venir.

Ouibus et BlaBlaCar : un duo de substitution aux trains SNCF bus Ouibus ciel bleu solution alternative de déplacement lors des grèves SNCF

Le principe de cette coopération est simple : Ouibus publie des trajets de co-voiturage de BlaBlaCar sur son site et de son côté BlaBlaCar met en ligne des places à bord des autocars Ouibus.
Tandis que BlaBlaCar offre des billets Ouibus sur 4 grands axes, parmi les plus fréquentés (à savoir les routes partant de Paris vers Lyon, Toulouse, Caen et Orléans), Ouibus propose de son côté 20 lignes de co-voiturage vers Le Touquet, Vichy ou encore Gap.
Selon Nicolas Brusson, le directeur général de BlaBlaCar, cette alliance est efficace car les Ouibus permettent d’emmener de nombreux passagers sur les voies les plus fréquentées. À l’inverse, le co-voiturage couvre beaucoup plus de destinations qui peuvent être moins bien desservies par les Ouibus.

Une offre complémentaire à laquelle les voyageurs adhèrent

Au vu des chiffres, nous ne pouvons qu’être d’accord avec Monsieur Brusson : les usagers utilisent en masse cette solution de déplacement alternative !

En effet, la licorne a enregistré 10 fois plus de demandes sur son site Internet dès les premiers jours de grèves alors qu’elle avait déjà multiplié son offre par 3. D’autre part, le nombre de trajets effectués en co-voiturage a lui aussi été multiplié par 10 sur les fameuses BlaBlaLines (routes principales de co-voiturages).

En réponse à ce bon accueil, BlaBlaCar compte mettre en vente plus de 5 millions de sièges par mois durant les trois mois de grèves sans augmenter le prix des billets. Un véritable soutient aux voyageurs pour qui les perturbations SNCF n’ont pas fini d’impacter leurs déplacements.

BlaBlaBus, c’est pour combien de temps ?

Ouibus et BlaBlaCar : un duo de substitutions aux trains SNCF co-voiturage BlaBlaCar BlaBlaBus bus BlaBlaCar BlaBlaLines

C’est une question que nous sommes en droit de nous poser. Au début du mois d’avril, la start-up annonçait le lancement de son service de bus justement pour palier les manques de trains. Elle n’avait cependant pas annoncé la participation de Ouibus à ce projet.

En outre, bien que BlaBlaCar ait annoncé que ce service n’était qu’un test temporaire, elle aurait tout intérêt à le proposer de manière permanente. En effet, l’entreprise n’est toujours pas rentable et se développe grâce à deux levée de fonds d’au total 280 millions d’euros.

Or, cette stratégie de diversification pourrait être la solution à ce problème de profitabilité. Le business modèle serait le même : tout comme les particuliers avec leur voiture, les autocaristes pourront proposer leur trajet sur la plateforme.

C’est une piste qui semble fortement envisagée puisque BlaBlaCar a indiqué qu’elle prolongerait peut-être son partenariat avec Ouibus jusqu’en été. Cela marquera-t-il la création officielle de BlaBlaBus ?

Plus de solutions alternatives

Nous l’avons vu, les grèves SNCF ne semblent pas prêtes de s’arrêter. Si Ouibus ou BlaBlaCar sont de très bons substituts, ils ne sont pas les seuls. Connaître d’autres compagnies de transport peuvent vous être utiles, la demande étant bien plus forte que l’offre.

En bus, vous retrouvez notamment les transporteurs Flixbus et Isilines.

En co-voiturage, iDVROOM, également filière de la SNCF, est également une bonne option. L’entreprise a pour but de faire du co-voiturage un moyen de transport en commun comme le métro par exemple. Pour cela, de nombreux trajet Paris-Banlieue sont notamment disponibles gratuitement sur la plateforme. De quoi arriver à l’heure au travail à moindre coût !

Toujours dans les voitures, Drivy mérite aussi d’être cité. Le concept : louer la voiture d’un particulier lorsqu’il ne s’en sert pas. Ces services s’avèrent particulièrement utiles lorsque aucun co-voiturage ne va où vous voulez aller et au bon horaire.

Vous souhaitez savoir quel est le moyen de transport le plus adapté à vos besoins et à votre budget ? Tournez-vous vers les comparateurs comme celui de tictactrip. En une seule recherche, vous savez qui est le moins cher et le plus rapide entre le bus, le train (quand ils circulent !) et le co-voiturage. L’algorithme parvient même à combiner les différents transports pour vous proposer plus d’options personnalisées.

Essayez par vous-même :

.

Catégories : Revue de presse

1 commentaire

Remboursement SNCF : les démarches au cas par cas · juin 21, 2018 à 8:55

[…] Bus et co-voiturage notamment sont vos principaux alliés. Cela se confirme avec la nouvelle collaboration entre Ouibus et BlaBlaCar. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *